soudure


soudure

soudure [ sudyr ] n. f.
XIIIe; de souder
1Alliage fusible servant à souder les métaux. Soudure à l'étain, au cuivre.
Techn. Plâtre servant aux raccords des enduits.
2(v. 1300) Didact. Union, adhérence étroite (de deux parties). jonction. La soudure des épiphyses.
3(1636) Cour. Opération par laquelle on réunit deux corps solides, et spécialt deux métaux, de manière qu'ils forment une masse indivise. assemblage, soudage. « On voyait grésiller la petite flamme blanche de la soudure » (Zola). (1847) Soudure autogène, sans autre matière que les deux parties à souder. Soudure à l'arc voltaïque. Soudure au chalumeau à hydrogène. Soudure du verre, du celluloïd. Soudure verre-métal.
Partie soudée; façon dont les pièces métalliques sont soudées. Tuyau dont la soudure se défait.
4Fig. Faire la soudure : satisfaire à la demande, aux besoins des consommateurs au moment où l'offre est la plus faible (avant une récolte, une importation, une rentrée). Par ext. Assurer la transition entre deux systèmes ou deux personnes.

soudure nom féminin Résultat de l'opération de soudage. Manière dont quelque chose est soudé : Une soudure nette.soudure (expressions) nom féminin Assurer, faire la soudure, assurer la continuité de l'approvisionnement entre deux récoltes, entre deux rentrées d'argent ; assurer la continuité d'une fonction entre deux moments, la transition entre deux processus. ● soudure (synonymes) nom féminin Résultat de l'opération de soudage.
Synonymes :
- joint soudé

soudure
n. f.
d1./d Composition métallique utilisée pour souder. Soudure à l'étain, à l'argent.
d2./d Soudage.
|| Manière dont des pièces sont soudées; partie soudée.
d3./d Union, adhérence étroite de deux éléments voisins. Soudure des os du crâne.
d4./d Fig. Faire la soudure: assurer l'approvisionnement entre deux récoltes, deux livraisons, etc.; par ext. faire la transition entre (deux périodes, deux personnes, etc.).
|| (Afr. subsah.) Période de pénurie alimentaire qui précède la nouvelle récolte. (V. charnière, sens 4.)

⇒SOUDURE, subst. fém.
A. — 1. Assemblage de deux pièces de métal, de verre ou de deux produits synthétiques en un tout continu, généralement obtenu en chauffant, ou au moyen d'un métal ou d'un alliage intermédiaire. Synon. soudage. [Les barreaux des couronnes de Cluny] sont soudés les uns aux autres, et la soudure est faite avec de l'or (MÉRIMÉE, Ét. arts Moy. Âge, 1870, p. 374). La soudure de deux matières plastiques entre elles (GOLD-SCHMIDT, Avent. atom., 1962, p. 234). V. brasure ex.
SYNT. Soudure de deux morceaux, de deux pièces métalliques, de verre; soudure de deux tissus synthétiques aux ultrasons; soudure électrique (synon. électrosoudure, s.v. électro-); soudure au chalumeau, au fer à souder, à la lampe à souder, au laser; soudure à l'argent, à l'étain, à l'or; soudure par bombardement atomique, électronique, par friction, par fusion, par laminage, par martelage, par pression; soudure par points; soudure à haute température; soudure à plat; faire un point de soudure; poste, température de soudure.
Soudure à l'arc. Soudure (à l')autogène. Soudure hétérogène. ,,Liaison sans fusion de deux pièces de même nature ou de nature différente par la fusion du métal d'apport de compositions différentes des pièces à souder`` (BOISSIER 1975).
2. P. méton.
a) Alliage fusible à base de plomb ou d'étain, de cuivre et de zinc, servant à souder les métaux. Synon. brasure. Soudure blanche, grasse, jaune. On chauffe légèrement le joint avec la lampe à souder; on coule alors de la soudure à l'étain (QUÉRET, Industr. gaz, 1923, p. 237). On approche le bâton de soudure et on chauffe simultanément le bâton et les tubes. La soudure se ramollit, on l'applique sur les tubes (A. LECLERC, Télégr. et téléph., 1924, p. 311).
b) Endroit où deux pièces sont soudées; façon dont elles sont soudées. Soudure solide, qui se défait; rupture d'une soudure; limer une soudure; contrôle, étude radiographique d'une soudure. Une belle soudure doit être invisible (Arts et litt., 1935, p. 22-3). Lorsque, par hasard, une soudure révèle un excès de métal, celui-ci est réduit au marteau à l'épaisseur normale (FILLON, Serrurier, 1942, p. 13).
B. — 1. Réunion par adhérence; jonction de deux parties en contact. Soudure des os du crâne, des pétales d'une fleur. Le mortier assure la soudure des pierres (CLÉRET DE LANGAVANT, Ciments et bétons, 1953, p. 147). Il n'y a jamais soudure entre la surface du bois mis à nu (...) et les couches nouvelles du bois produites après la cicatrisation complète (COCHET, Bois, 1963, p. 28). V. souder B 1 ex. de Cl. Bernard.
P. méton. Endroit où deux choses sont réunies par adhérence. Une discontinuité dans les tissus des cylindres ligneux respectifs du sujet et du greffon, ainsi que dans la soudure de leurs écorces (BOULAY, Arboric. et prod. fruit., 1961, p. 78).
P. exagér. Union intime. L'orchestre argentin (...) redouble de langueur et (...) un éclairage de pénombre favorise la soudure des couples (ARNOUX, Roy. ombres, 1954, p. 74).
2. [Le compl. du n. désigne des étendues ou des choses considérées par rapport à leur étendue] Action de faire se toucher, de réunir. Soudure de deux continents. Les 1re et 3e armées françaises, dont la soudure n'avait pu être encore solidement réalisée (FOCH, Mém., t. 2, 1929, p. 30).
P. méton. Endroit où deux choses se touchent, sont réunies. Le spectacle qu'offre aujourd'hui le peuplement (...) de l'Europe, est tellement composite qu'il faudrait souvent des cartes à très grande échelle pour distinguer les soudures qui ont fini par rapprocher en une apparence de continuité les différents groupes (VIDAL DE LA BL., Princ. géogr. hum., 1921, p. 40).
3. Au fig. Jonction, transition entre deux choses ayant un développement temporel ou entre deux personnes considérées par rapport au temps. Soudure entre deux livraisons, entre deux nominations; faire la soudure entre deux récoltes. Le marché de la viande (...) est irrégulier, trop sensible au rythme des saisons; dans les époques de soudure difficile, la tension des cours est utilisée par les spéculateurs (WOLKOWITSCH, Élev., 1966, p. 185). Du moins M. Thibau restait-il pour « assurer la soudure » avec le nouveau directeur (Le Monde, 15 déc. 1967 ds GILB. 1971).
C. — Au fig.
1. Union étroite de personnes. Synon. fusion. Vous êtes le seul homme de votre parti! Il n'y a pas d'abîme: à peine un fossé, qui se comble chaque jour. La force des choses pousse de votre côté ces gens-là: pour que la soudure se fasse, vous n'aurez qu'à marquer le pas sur place, à vous délester de quelques utopies (VOGÜÉ, Morts, 1899, p. 181).
2. Union étroite de choses abstraites. La communauté de signification entre les deux expériences ne suffit pas à assurer leur soudure en une expérience unique (MERLEAU-PONTY, Phénoménol. perception, 1945, p. 260). V. hippocratisme A ex. de Bernard.
En partic. Union étroite d'éléments linguistiques. Soudure de mots composés. La soudure de l'article (...) loriot pour l'oriot (GOURMONT, Esthét. lang. fr., 1899, p. 106). En latin Possum n'est pas autre chose que la soudure de deux mots Potis Sum (SAUSS. 1916, p. 244).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) [Fin XIe s. soldedure [transcr. d'une gl. en caractères hébr.] « alliage fusible servant à souder » (RASCHI, Gl., éd. A. Darmesteter, 72 [Is. 41, 7])] 1260 saudure (ETIENNE BOILEAU, Métiers, éd. R. de Lespinasse et F. Bonnardot, LXVI, 10, p. 137); fin XIIIe s.-déb. XIVe s. [date ms.] soudure (THOMAS DE KENT, Roman de toute chevalerie, éd. B. Foster et I. Short, 4292, var.); b) 1694 soudure maçonn. « plâtre servant aux raccords des enduits » (CORNEILLE); 2. a) 1314 soudeure « union, adhérence de deux parties » (Chirurgie Henri de Mondeville, éd. A. Bos, § 1241: ramener es plaies beles soudeures [= cicatrices]); b) 1339 [date var. ms.] soudure fig. « réunion, réconciliation de deux personnes » (Renart, éd. E. Martin, Va, 921, t. 1, p. 186 et t. 3, p. 174); 1456 (VILLON, Lais, 39, éd. J. Rychner et A. Henry, p. 13: Rompre veult la vive soudure); c) ) 1899 fig. « jonction, rencontre » (VOGÜÉ, loc. cit.); 1960 (l'Université syndicaliste, 7 nov. ds GILB. 1971: effectuer la soudure entre le second degré et le supérieur); ) 1941 comm. « continuité d'un approvisionnement » (L'Œuvre, 5 mars: assurer la soudure [blé, céréales]); 1957 (CAMUS, Exil et Roy., p. 1610: faire la soudure avec la prochaine récolte); d) 1899 ling. (GOURMONT, loc. cit.); e) 1964 géogr., géol. (ROB.); 3. 1547 « partie soudée » (MELLIN DE SAINT-GELAIS, Œuvres, éd. P. Blanchemain, t. 1, p. 96: L'acier, au lieu de sa soudure Est plus fort qu'ailleurs et plus ferme); 4. a) 1636 « opération par laquelle on réunit deux corps solides, spécialement deux métaux » (MONET); 1847 soudure autogène (LABOULAYE, Dict. des arts et manufactures: Soudure autogène. M. Desbassayns de Richemont a nommé ainsi la soudure d'un métal par lui-même); 1890 soudure électrique (Lar. 19e Suppl.); 1922 soudure électrique par résistance (Lar. mens., p. 796); 1929 soudure à l'arc électrique (CHAMPLY, Nouv. encyclop. prat., t. 17, p. 86); 1964 soudure par étincelage (Lar. encyclop.); 1964 soudure au chalumeau à hydrogène atomique (ROB.); 1964 soudure hétérogène (ibid.); 1968 soudure par bombardement électronique (Lar. encyclop. Suppl.); 1985 soudure au laser (ROB.); b) 1968 industr. text. « assemblage de tissus par ultrasons » (Lar. encyclop. Suppl.). Dér. de souder; suff. -ure. Cf. lat. médiév. solidatura argenti (IXe s. ds FEW t. 12, p. 48, note 6). Fréq. abs. littér.:85. Bbg. GOHIN 1903, p. 371. — Sculpt. 1978, p. 634.

soudure [sudyʀ] n. f.
ÉTYM. Mil. XIIIe; soldeure, fin XIe, au sens A., 1.; sens général en anc. franç. « cicatrice », « joint, assemblage »; de souder.
A
1 Alliage fusible (plomb, étain…) servant à souder les métaux. || Soudure grasse, à l'étain. || Soudures jaunes, blanches (cuivre et zinc). || Soudure d'un fer à souder.Techn. Plâtre servant aux raccords des enduits.
2 (1314). Union, adhérence étroite de deux parties; lieu de cette adhérence; point (ou ensemble des points) de contact. Jonction. || La soudure des épiphyses (→ Gigantisme, cit. 2). || Soudure des sépales, des pétales d'une fleur.Ling. || Soudure des éléments d'un composé (→ Mot, cit. 4).Géogr., géol. || Soudure latérale de deux dépressions (dolines…).
(1689; de personnes, XIIIe). Action de réunir (des groupes), de se réunir. Fusionner. || « C'est là que se faisait la soudure des deux armées » (Duhamel, in G. L. L. F.).
3 (1390). Cour. Opération par laquelle on réunit deux corps solides, et spécialt, deux métaux, de manière qu'ils forment une masse indivise. Assemblage, raccord, soudage. || La soudure crée une cohésion alors que le boulonnage procède par adhésion.(1865, Rev. des cours sc., t. II, p. 390). || Soudure autogène, sans autre matière que les deux parties à souder. || Soudure par martelage, pression, laminage; à l'arc électrique, à l'arc voltaïque; par bombardement électronique. || Soudure au laser. || Soudure par diffusion, sans fusion du métal. || Soudure par friction. || Soudure hétérogène, par l'intermédiaire d'un composé métallique (→ ci-dessus, 1.). || Soudure à l'étain des ferblantiers, des plombiers, faite avec le fer à souder. || Faire un point de soudure. || Soudure forte (au cuivre, au zinc…). Brasure. || Soudures à haute température, au chalumeau oxhydrique, oxyacétylénique, à la lampe à souder. || Soudure au chalumeau à hydrogène atomique. || Poste de soudure.La soudure, opération de métallurgie, de plomberie; de bijouterie et d'orfèvrerie… (soudures à l'or, à l'argent). || Soudure du verre, de la corne, de l'écaille, du celluloïd, du plastique.
1 (…) d'en bas, sous le fer promené d'une main soigneuse, on voyait grésiller la petite flamme blanche de la soudure.
Zola, l'Assommoir, IV, t. I, p. 144.
1.1 Chacun a ainsi, pour les gestes qui lui sont impartis, une aire bien définie quoique aux frontières invisibles : dès qu'une voiture y entre, il décroche son chalumeau, empoigne son fer à souder, prend son marteau ou sa lime et se met au travail. Quelques chocs, quelques éclairs, les points de soudure sont faits, et déjà la voiture est en train de sortir des trois ou quatre mètres du poste.
Robert Linhart, l'Établi, p. 11-12.
Techn. Assemblage de tissus par ultrasons.
Par métaphore :
2 Les tronçons de l'aventure qui allait satisfaire sa haine étaient d'avance épars à sa portée. Il n'y avait qu'à les rapprocher et à faire les soudures. Ajustage amusant à exécuter. Ciselure.
Hugo, l'Homme qui rit, II, V, II.
4 (Av. 1502). Partie soudée; façon dont les pièces métalliques sont soudées. || Soudure solide. || Tuyau dont la soudure se défait.
3 J'ai observé qu'un des barreaux du balcon ne demandait qu'un effort pour être déchâssé de sa soudure (…)
Charles Nodier, Mademoiselle de Marsan, III, in Souvenirs de jeunesse, p. 303.
B (1949; à propos des récoltes). Fig. Faire la soudure : satisfaire à la demande, aux besoins des consommateurs au moment où l'offre est la plus faible (avant une récolte, une importation, une rentrée).Par ext. Assurer la transition entre deux systèmes ou deux personnes.
COMP. Électrosoudure.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • soudure — Soudure. s. f. Composition d estain, de cuivre avec quoy on soude. Il n y a pas assez de soudure. Il sign. aussi, Le travail de celuy qui soude. Le tuyau est bon, mais la soudure en est mal faite. Soudure, se dit aussi de L endroit qui est soudé …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Soudure — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. La soudure, terme qui désigne (improprement) un ensemble de procédés d assemblage de pièces mécaniques, généralement par chauffage. Voir l article soudage …   Wikipédia en Français

  • soudure — (sou du r ) s. f. 1°   Composition ou mélange de divers métaux et minéraux, qui sert à unir ensemble des pièces de métal. •   En fondant l étain à partie égale avec le plomb, l alliage est ce que les plombiers appellent de la soudure ; et ils l… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • SOUDURE — s. f. Composition ou mélange de divers métaux et minéraux, qui sert à souder, à unir ensemble des pièces de métal.  Il signifie aussi, Le travail de celui qui soude. Ce tuyau est bon, mais la soudure en est mal faite.   Il se dit encore de L… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • SOUDURE — n. f. Composition métallique fusible, qui sert à souder, à unir ensemble des pièces de métal. Il se dit aussi de l’Action de souder et du Résultat de ce travail. Ce tuyau est bon, mais la soudure est mal faite. Il se dit encore de l’Endroit par… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • soudure — n.f. Faire la soudure, disposer juste d assez d argent ou de marchandise pour subsister entre deux rentrées ou entre deux livraisons. / Envoyer la soudure, payer …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • soudure — lydmetalis statusas T sritis radioelektronika atitikmenys: angl. solder; solder alloy vok. Lot, n; Lötlegierung, f; Lötmittel, n rus. припой, m pranc. brasure, f; soudure, f …   Radioelektronikos terminų žodynas

  • soudure — užlydymas statusas T sritis radioelektronika atitikmenys: angl. sealing; soldering vok. Verguß, m; Verlötung, f; Verschmelzung, f rus. запайка, f pranc. scellement, m; soudure, f …   Radioelektronikos terminų žodynas

  • soudure — sulitavimas statusas T sritis fizika atitikmenys: angl. seal; sealing; soldering vok. Verlöten, n; Verlötung, f rus. спаивание, n; спайка, f pranc. soudage, m; soudure, f …   Fizikos terminų žodynas

  • soudure — nf. SOUDURA (Albanais) …   Dictionnaire Français-Savoyard


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.